Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 janvier 2016 5 15 /01 /janvier /2016 15:45

Bonjour les gens !

Ce blog est une aventure terminée... Enfin sous cette forme !

Rendez-vous sur notre nouveau site :

La BaronCrapo Compagnie Le Site

​​

Merci de nous suivre, on vous aime <3

Repost 0
Publié par la-baroncrapo-compagnie
commenter cet article
20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 18:00
Baron, la secrétaire et Lil'art vous souhaitent bonne année!

Baron, la secrétaire et Lil'art vous souhaitent bonne année!

Bonne année 2015 à vous tous!

On ne dira pas que cette année a bien commencé, mais en restant positifs, elle ne peut que s'arranger.
On vous souhaite tout plein de bonheur et de réussite, de rester debout dans l'adversité, quelle que soit la forme qu'elle prenne, de profiter de vos proches, de réaliser vos objectifs, et enfin d'apprendre/de continuer à cueillir le bonheur dans les petites choses de la vie (comme lire la baroncrapo compagnie!)

On a été pas mal absents ces derniers mois, absence due à des difficultés techniques, du manque de temps, et je m'en excuse. On va essayer d'être plus présents et constants cette année.

Sachez également que nous cherchons -toujours- des artistes qui voudraient participer à l'aventure. Si vous avez envie de partager avec nous une ou plusieurs de vos créations, n'hésitez pas à nous envoyer un mail! Vraiment! :)

J'espère que vous allez tous bien,



Lil'art (qui s'en retourne sous ses couvertures toutes chaudes)

Repost 0
Publié par Lil'art - dans News
commenter cet article
12 septembre 2014 5 12 /09 /septembre /2014 16:20

Bonjour à tous,

Après cette longue pose estivale le blog va reprendre un peu ses activités. Toujours plus de remises en question m'ont amené à décider la fin du système de vote pour les aventures du BaronCrapo, cela permettra un meilleur suivit hebdomadaire. D'autres petites choses viendront égailler le blog, Lil'art et ses crayons ne sont pas loin non plus.

A la semaine prochaine !

Repost 0
Publié par Baron - dans News
commenter cet article
25 juin 2014 3 25 /06 /juin /2014 20:30

Eh non, ce n'est pas une erreur, voilà le strip d'avant celui de la semaine dernière!

Enjoy!
Lil'art.

Baron est un Con #003
Repost 0
Publié par la-baroncrapo-compagnie - dans BD BEUC Strip
commenter cet article
18 juin 2014 3 18 /06 /juin /2014 21:45
Baron est un Con #004

Hum... Suite à souci technique long à expliquer, voilà le B.E.U.C n°4 ! J'ai égaré le 3 >< !

N'hésitez pas à commenter, ça fait toujours plaisir !

Repost 0
Publié par la-baroncrapo-compagnie - dans BD Strip BEUC
commenter cet article
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 18:22

Voilà pour vous le deuxième strip de la série Baron est un Con! N'hésitez pas à nous dire ce que vous en pensez....
Merci à AD_e pour son commentaire sur le précédent strip!

Baron est un Con #002
Repost 0
Publié par la-baroncrapo-compagnie - dans BD Strip BEUC
commenter cet article
4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 18:41

Bonjour à tous et à toutes!
C'est Lil'art aux commandes pour ce soir... Et sans plus tarder, laissez moi vous présenter le premier strip de la série "Baron est un Con"...
Avec Baron au scénario et moi-même au dessin!
J'espère que vous apprécierez! On attends vos remarques, réactions, et caetera!

 

 

Baron est un Con #001
Repost 0
Publié par la-baroncrapo-compagnie - dans Strip BD BEUC
commenter cet article
18 avril 2014 5 18 /04 /avril /2014 21:27

Bonjour mes lectrices ! Toutes mes excuses pour la semaine passé, trop habitué au besoin impair des votes je n'avais pas réfléchis que pour deux votes identiques, un troisièmes devenait inutile... Bref c'est parti pour la Part 3 du récit avant un chapitre 6 dédié au passé !

 

À bord du Sans-Rivage...

« _ L'histoire de ma lignée n'est connus qu'à partir du premier capitaine du Sans-Rivage. Il se nommait Majolin, après une enfance difficile dans les bas quartiers, vivant de rapine et autre larcin, il décida d'embarquer avec un pirate dont le nom ne nous est pas parvenu. Cette histoire à plus de 400 ans. Lors de leurs nombreux voyages, ils pillèrent beaucoup de navires. Majolin devint alors le second, et changea de nom pour Fitz-Bras-De-Fer. Tout les mâles de la ligné se nomme Fitz, c'est une tradition. Un jour ils pillèrent des marchands protégés par des mercenaires. Presque tout l'équipage périt tant la bataille fit rage.

Sur le navire, ils découvrir un monceau de trésors qu'ils partagèrent à cinq. Ils durent même renoncé à tout prendre et coulèrent le bateau près d'une île pour y revenir plus tard. Le capitaine prit une grande part dont un coffre clos et des ouvrages de magie occulte. C'est là qu'il commença à pratiquer. Jusqu'au jour où il ouvrit le coffre...

Une force s'empara de lui, il devint un puissant sorcier Pirate. Il n'avait plus besoin d'équipage que pour maintenir son navire. Les bataille, il les livrait seul, sans aucune pitié massacrant tout sur son passage. Ils pillèrent aussi bien sur mer que sur terre des villages furent ravagés... Fitz ne se sentait plus à sa place, il avait une femme et déjà un garçon. Il voulu se retirer de la piraterie. Un jour en pleine mer il l'annonça à son capitaine.

Celui-ci s'énerva. Il était hors de lui qu'on l'abandonne. Les autres marins voulaient eux aussi passer à autre chose. Tous se retrouvèrent sur le pont. Sous la colère du sorcier, le bateau craqua, changea d'aspect et de nom, le Sans-Rivage était né. Il leur proposa alors un marché. Ils gardaient le navire et ses trésors, mais en échange, ils devaient tous revenir ici avec un de leur enfant. Ils furent choqué, mais la crainte fut la plus forte... Seul Fitz revint seul. Quand le sorcier eut trois enfant au lieu de quatre il prononça alors la malédiction : « De ta ligné chaque fille sans semence implanté par un héros avant ses 18 années se verra trépassé... Et dans ce navire à jamais vous serez enfermé ».

Vous savez tout, les générations se sont succédé, fille ou garçon. Il y a toujours un Fitz capitaine, les femmes se dépêchent toujours d'enfanter pour leur 16 ans. Mon père est mort alors que je n'avais que 14 ans, il n'a pas eu le temps de m'apprendre pour la malédiction, étant fille unique je ne peu quitter le navire, je suis aussi la première à être capitaine. »

Quelque part...

Le cri de Ciny déconcentra Alinaë, elle du éviter une dague lancé par Almoret. Elle chuta, évitant de justesse un coup qui s'écrasa dans le sable très près de sa hanche. Ciny s'était décalé et visait le lâche.

« _ Pardon, je suis dans la désolation, le combat doit être gagné par le chevalier Almoret. Des femmes qui battent en force sont ennemi de la justice !

_ Je vais t'en foutre où je pense de la justice moi... »

Alinaë était remonté. Elle se leva, et enchaîna plusieurs mouvements d'épée faisant reculer le géant jusqu'à le faire choir devant Almoret. Il se retourna et partit à son tour, en marchant...

« _ Te voilà bien seul Almoret... Alors toujours enclin à nous détrousser de notre fortune ?

_ Almoret demande du pardon. Vous êtes dans la force et belles. Je vous prends dans mon groupe et ensemble le monde nous auront au pied !

_ Ali... Je crois qu'il n’est vraiment pas méchant, juste un peu simplet...

_ Il est furieusement con tu veux dire ? Et c'est quoi cette façon bizarre de parler, on ne comprend même pas toujours ce qu'il veut ! »

Elles s’approchèrent de lui. À genoux sur le sol, il avait perdu une partie de son éloquence. Il les regardait, l'air perdu, comme un petit garçon qui se rend compte qu'il n'a pas la même entre les jambes que les petites filles...

« _ On va faire quoi de toi ?

_ Je... Pas me tuer ? Je serais votre serviteur pour tout le désir que vous en avez besoin ! Là pour vous la lessive et tout ce que bon de faire me direz-vous.

_ Là il me tente...

_ Ali, on ne va pas le prendre avec nous ? »

Cendreterre...

« _ Oui, l'avenir n'est pas écrit, mes visions apportent ce qui va être mais aussi comment l'empêcher.

_ Mais que puis-je faire ? Je ne comprends pas !

_ Suis nous, pour la suite on finira par comprendre.

_ Mais où voulez-vous m'emmener ?

_ Là où il se rend... Je n'en sais pas plus...

_ Pourriez-vous attendre quelques jours ? Ce village a besoin de moi, de mon don, comme chaque année.

_ Ton don ? Je n'ai pas souvenir...

_ Oui, lui savait, vous verrez dans trois jours. Ensuite je vous suis, il m'a sauvé jadis et je compte bien lui rendre la pareille. A-t-il beaucoup changé ?

_ Je suis aveugle, tu jugeras si on le rejoint à temps ! »

Les jumelles souriaient, elles avaient bien envie de répondre quelque chose mais elles ne voulaient pas trahir leur propre sentiments.

« _ Tout a été si vite, vous me connaissez mais j'aimerai connaître vos noms !

_ Je suis Lynoa, Duchesse de Montdazur, mes deux sœurs d'adoption sont Anoria et Arinoa.

_ Vous êtes très belle, mais si je puis me permettre comment vous différencier ?

_ C'est simple, mon tatouage est à droite et celui d'Ariona à Gauche !

_ Il ne va pas m'être commode de regarder vos entrecuisses lorsque je veux vous interpeler sans erreur... »

La tournure cocasse de cette phrase somme toute innocente les fit rire aux éclats. Elles expliquèrent la petite différence qui se remarque : Anoria a un « o » sur le front formé par ses taches de rousseur et Ariona un « i ». L'ambiance fut joyeuse pour la soirée et ce n'est que tard dans la nuit qu'elles allèrent enfin se coucher.

Dans les ruelles de Port-Chagrin...

« _ Non... Je crois que je vais rester avec toi... Papy est revenu avec ses copains et ils ont pas l'air content...

_ Je vais devoir te protéger sinon il m'en voudra...

_ C'est moi qui vais te protéger tu n'es qu'une enfant !

_ Fermez vos mouilles femmes ! Rendez-vous gentiment et nous ne serons pas trop méchant... »

Les hommes des bas quartiers sont tous des repris de justice. On croise ici tout ce qu'il y a de plus mauvais chez l'humain. L'instinct de survie prévaut sur tout autres sentiments. L'amour c'est quand on s'aime d'avoir pu s'en sortir mieux qu'un autre.

« _ Gamine... Tu vas voir comment une grande se bat...

_ La vieille... Si t'arrive à en mettre plus que moi au sol, j'envisagerais d'avoir une once de respect pour toi...

_ Top là ! »

Sous l'égide du vieil aveugle en retrait pour cette bataille, une douzaine d'hommes s'engouffrèrent dans cette ruelle, chacun espérant qu'assez des leurs se fassent massacrer pour ne pas avoir à partager la récompense. Dans les archives de la ville suite à ses événements on parla d'une explosion mystérieuse ayant réduit en poussière plusieurs bâtisses du quartier...

 

Et voilà pour cette semaine ! Merci d'avoir lu et merci à Lil'Art pour son commentaire qui m'aide beaucoup ! Les choix de la semaine …

1 – Almoret accompagne Ali & Ciny.

2 – Almoret reste dans le sable.

Repost 0
Publié par la-baroncrapo-compagnie - dans Textes BaronCrapo en Ensulsis
commenter cet article
4 avril 2014 5 04 /04 /avril /2014 21:10

Merci pour les votes !! En avant pour la suite !

 

Quelque part...

 

Alinaë sortit son épée, la planta dans le sol et en détacha un des sabres. Ciny recula de deux pas et enclencha son arme de poing.

 

« _ Almoret... Essaye un peu de me détrousser...

 

_ Madame, de loin l'idée de moi des outrages vous faire subir. Juste l'or et bijoux !

 

_ Appel-moi encore madame et je t'émascule lentement...

 

_ Cessez l'approche de votre corps ! Almoret est tout autour de vous par ses compagnons, hardi !! Venez amis ! »

 

Sortant de nulle part deux hommes surgirent. Le premier, un vieux clodo à la barbe grise, il tenait une sorte de massue taillée par un enfant de deux ans au mieux, il sentait fort l'absence d'hygiène. Le second était massif, il n'avait pas d'arme, juste des gants de métal. Il n'avait pas l'air bien malin, tant ses yeux reflétaient le vide. Un regard creux...

 

« _ Je vais me les faire...

 

_ Madame, je...

 

_ Mais ferme là !

 

_ Messieurs, c'est là votre tour de attaquer la femme et l'or des bijoux à prendre pour la cause du noble Almoret des bois et forêts ! »

 

Les deux hommes firent chacun un pas en avant, se regardèrent l'air dépité. Puis foncèrent sur Alinaë. Elle trancha la massue et la longue barbe du premier, il partit en courant sans demander plus. Elle ne voulait pas les blesser, sentant qu'ils n'étaient que de malheureux suiveur de l'autre fou. Le géant était très agile, et le métal de ses gants bloquait les coups de sabre. Elle recula...

 

« _ T'es un costaud toi... On va se la jouer autrement... »

 

Elle remit le sabre en place et tendit son épée à bout de bras. Le géant, ne fut pas impressionné, s'avança, reculant son poing pour porter un puissant coup. Elle hésita à l'occire, et dirigea son épée droit sur le poing.

 

« _ Ali, attention !! »

 

Cendreterre...

 

Ils brandirent tout trois leurs épées vers elle. Son regard passa de l'un à l'autre, d'une main elle tendit son bâton vers l'un d'eux et de l'autre fit un geste. Un éclair bleu sortit du bout de son arme, et suivant les mouvements de sa main, traversa les trois hommes l'un après l'autre. Ils sentirent une forte brûlure dans leurs entrailles et une étrange sensation désagréable dans le reste de leur corps. Il leur fallut quelques secondes pour se relever et encore moins pour déguerpir en maugréant.

 

« _ Rosa ? Pourquoi pas c'est en effet bien plus jolie ! Tu ne te souviens pas de moi n'est-ce pas ?

 

_ Si... Non... Je me souviens surtout de lui...

 

_ C'est normal, à l'époque j'étais toujours en retrait.

 

_ Vous êtes venu pour me voir ? »

 

Les clients revenaient et le père trouillard rangeât le bordel en remerciant bien sûr les défenderesses de sa fille, pour l'occasion elles n'auraient aucuns frais. Autour d'une table bien garnie, elles entamèrent une petite discussion.

 

« _ Rosa, il faut que je te parle.

 

_ Oui, votre visite m'intrigue fort et j'imagine nullement que vous ayez fait la route pour une simple visite de courtoisie.

 

_ En effet... J'ai eu une vision. Le BaronCrapo est en grand danger.

 

_ Oh ! Non pas lui ! Que puis-je faire ?

 

_ Je l'ignore. Dans ma vision il mourrait, je refuse de croire que c'est définitif. J'ai repris la route et je sonne un nouvel appel aux Vindicatrices. Ce qui m'amène à venir te voir, toi qui n'est pas des nôtres, c'est à la fin de ma vision, je te vois entourée de lumière. Je pense que tu es la clef pour changer les choses.

 

_ La clée ? »

 

Dans les ruelles de Port-Chagrin...

 

« _ T'es pas bien ?

 

_ Faire les poches à un mendiant tu devrais avoir honte de toi, c'est pas bien pas bien pas bien !

 

_ Regarde donc au lieu de dire n'importe quoi ! J'ai vu ces papiers qui dépassaient de sa poche... »

 

C'était des imprimés. Peu de texte et des portraits. On y voyait le BaronCrapo, Méllia, Ciny et Alinaë. Vigillia les regarda en tremblant. Elle était énervée de ne pas s'y trouver. Elle se retourna vers l'homme. Parti... Il avait profité de la dispute pour s'enfuir discrètement.

 

« _ Je me demande ce que ça signifie...

 

_ Cela signifie qu'on nous en veux. Au vu des récompenses proposées, ce n'est pas n'importe qui, même Baron n'est pas assez riche pour se permettre le lux de telles sommes.

 

_ Dis moi petite... Il est si riche ton papa ?

 

_ Ce n'est pas mon père !

 

_ Oui oui... Mais il a beaucoup d'argent ?

 

_ Plus qu'un roi...

 

_ D'accord... Mais j'en m'en fou ! Toi... Pourquoi tu te conduit avec moi comme une petite peste ?

 

_ Je ne t'aime pas... T'es pas une des nôtres et t'as refusé de le devenir...

 

_ C'est tout ?

 

_ Oui... laisse moi !

 

_ Non...

 

_ Si laisse moi !! »

 

Et voilà petit quart de chapitre ! On y va doucement en ce moment sinon je serais foutu d'en faire des tartines ! Alors avant de poser les deux choix de la semaine j'aimerais que vous n'hésitiez pas à me dire un peu votre avis sur des détails, si vous aimez le format moins linéaire, les précisions sur les changements de lieux dans la narration, etc... Tout ce qui concerne la construction en clair !

 

Les choix, aujourd'hui on va faire un poil différent... À vous de voir pour la semaine prochaine si vous voulez :

 

1 – Poursuivre la narration...

 

2 – Un chti retour sur les évènements passés.

 

 

P.S. Bon Anniversaire Anne ! 

Repost 0
Publié par la-baroncrapo-compagnie - dans Textes BaronCrapo en Ensulsis
commenter cet article
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 20:08

 Retard de parution non programmé, veuillez je vous pries mes excuses accepter. La vie, la fête, les rivages des plages de béton... En avant pour ce nouveau chapitre, en espérant qu'il vous plaise.

 

Chapitre 5 – Le secret du Sans-Rivage !

 

À bord du Sans-Rivage...

 

« _ Je ne vais pas... Non ! Vous êtes très jolie, vous me semblez très sympathique mais non !

 

_ Alors... Vous me laisserez mourir...

 

_ Baronnet...

 

_ Vous vous rendez compte de ce que vous me demandez ? Bon... Expliquez-moi cette histoire de malédiction en détail.

 

_ Oui, venez dans ma cabine ! Mademoiselle Glace, je vous charge du pont, Monsieur Cœur-de-bois assurez-vous qu'on ne nous dérange sous aucun prétexte. Cléa, laissez-nous seule.

 

_ Euh... Je préfère qu'elle vienne...

 

_ Vous êtes de ces hommes préférant les plans à trois ?

 

_ Non ! Mais non ! J'ai pas dit ça ! Et puis, là on parle bien de juste converser ? Je n'ai pas accepté !

 

_ Venez tous les deux alors... »

 

Elle dit cette dernière phrase avec un petit air triste. La cabine du capitaine avait une odeur de coquelicot. D'épais rideaux rouges cachaient les fenêtres. Tout ici semblait vieux, que ce soit les cartes, les équipements de marins, le lit... La capitaine s'assit sur un grand siège de bois sculpté. Devant elle un grand tableau, portrait de son père et d'elle. Un marin, un vrai, une stature qui en impose et un regard de chef. Elle se prénommait Eldelle, niveau caractère elle semblait l'héritière digne de son père. L'équipage lui était dévoué en mémoire de Fitz-Le-Sanglant. Une fois tout le monde installé, elle débuta son récit.

 

« _ Cléa, tu connais les grandes lignes, mais pour le futur père de mon enfant, je me doit de tout raconter.

 

_ Je n'ai pas dit oui !! »

 

Cendreterre...

 

Il fonça vers elle, s'apprêtant à lui cabosser la tête avec le plat de son épée. Elle ne réagissait pas. Il songeât qu'elle ne voyait rien, et changea d'angle d'attaque pour lui trancher les genoux subitement. À la dernière seconde il vit un sourire embellir le visage de son adversaire... Trop tard. Elle ne fit aucun geste inutile, comme il lui avait appris, son maître. Avec son bâton elle détourna l'épée bien au-dessus d'elle, se tourna légèrement de côté et donna un violent coup dans le creux des genoux de son adversaire le mettant à terre.

 

« _ Tu n'es pas du genre endurant, j'ai gagné non ?

 

_ Sale sorcière ! Les gars venez m'aider ! »

 

Le courage n'est décidément pas une habitude dans cette ville, tout le monde sorti. Les jumelles se rapprochèrent et pointèrent leurs dagues. Un des hommes gardait Rosa entre ses pattes, tandis que les 3 autres, armes à la main se ruèrent pour aider leur chef.

 

« _ Restez en arrière mes sœurs... Vous voulez vraiment jouer à ça ? Vous n'avez pas compris ? »

 

Elle saisit son bâton, plaçant ses deux mains aux extrémités, marmonna... « Vincere aut mori »... Sa cicatrice brilla, ses yeux s'illuminèrent d'un bleu azur. Sur le dos de ces mains des marques firent irruption. Les hommes reculèrent, ils n'avaient pas l'habitude des sorcières et de la magie en général.

 

« _ Tu... Tu es une Vindicatrice ?

 

_ Tu es la petite Rosaire n'est-ce pas ? Ravie de te revoir !

 

_ Moi c'est Rosa » Dit-elle avec une petite moue.

 

Se sentant en sécurité elle en profita pour écraser le pied de celui qui la retenait, puis lui cracha dans les yeux. Elle s'échappa et vint se coller aux jumelles.

 

« _ Vous aussi ?

 

_ Oui, regarde... »

 

Sur l'intérieur de leurs cuisses, la droite pour l'une, la gauche pour l'autre, la marque des Vindicatrices était tatouée. Deux des hommes prirent peur et s'enfuirent sans demander plus d'explication.

 

« _ Vous devriez faire de même les gars...

 

_ Tu vas voir... »

 

Dans les ruelles de Port-Chagrin...

 

Partie à la recherche du BaronCrapo à travers une ville qu'elle connaissait comme sa poche, Vigillia toujours éméchée s'était perdue dans les méandres des ruelles de la ville basse. Ignorant les remarques déplacées des hommes de basses extractions bavant sur ses formes à son passage, elle arpentait les pavés d'un pas lourd. Une voix de gamine excédée lui fit soudain changer de route...

 

« _ Gamine donne-moi cette pièce...

 

_ Non... Je... »

 

Le vieil aveugle cachait bien son jeu, ses yeux rond et blanc tournoyaient sur leurs orbites conduisant Méllia vers un profond sommeil...

 

« _ Et maintenant tu es à moi...

 

_ Non !

 

_ Comment ça non ? » Furent les derniers mots avant plusieurs minutes du vieillard.

 

Vigillia s'était empressée de lui écraser une grosse pierre sur le haut du crâne. Elle poussa son corps sur le côté et mit quelques claques à Méllia afin de la faire reprendre ses esprits.

 

« _ Qu'est-ce que... ?

 

_ Gamine, ton comportement n'est pas digne, une Vindicatrice ? Non juste une écervelée qui a faillit se faire toucher par papy si tata Vigillia n'était pas venue !

 

_ Pwouarf ! Tu sens la vinasse ! Tu parles de quoi ? Bon sang le clodo.. J'me souviens... Il m'a surprise et je... Bon tu peux arrêter de me taper je suis réveillée !!

_ Ah ? Oui c'est vrai, tu parles. Je ne suis pas Baron moi, il faut me parler comme à une dame ! Je n'ai pas beaucoup bu... Mais je suis perdue...

 

_ Pas étonnant, dans ton état même avec un plan, un guide et une boussole tu serais fichues de te perdre. »

 

Elle se releva et frotta ses vêtements couverts de poussière, puis s'approcha du vieil homme. Elle lui fit les poches. Vigillia outrée d'une telle pratique la poussa au sol violemment.

 

Et voilà pour ce petit quart du jour, j'espère que tout vous convient. La suite la semaine prochaine mais avant... Le petit choix narratif...

 

1 – Le vieil Aveugle n'a pas dit son dernier mot.

 

2 – Méllia et Vigillia s'affrontent 

Repost 0
Publié par la-baroncrapo-compagnie - dans Textes BaronCrapo en Ensulsis
commenter cet article

Présentation

  • : La BaronCrapo compagnie
  • La BaronCrapo compagnie
  • : Espace Créatif
  • Contact

Sites Et Blogs Amis